Accueil > Nouvelles > à travail égal salaire égal

à travail égal salaire égal

Réédition en CD
30 janvier 2018, par Francis

À la suite de Rideau ! (1980), c’est au tour du disque à travail égal salaire égal (1981) d’être remasterisé et de sortir en digipack avec en bonus une version inédite de La preuve par le Grand Huit.

Après deux albums enregistrés en trio qui laissaient la part belle à l’improvisation, j’avais envie d’écrire de la musique et de l’entendre jouée par d’autres musiciens. Après avoir réussi à convaincre mes deux compères, c’est grace à Dominique Meens que nous avons eu l’opportunité de monter notre grand orchestre à la faveur d’un concert donné en l’honneur du centenaire de Bela Bartok à Montreuil.

Dans cet album du Drame ce sont les grands orchestres qui sont revisités.
Pour la pièce On Tourne, nous inventons ce qui s’intitule aujourd’hui Field recording. Nous allons enregistrer quai de Seine les bruits du monde de la ferraille dans l’entreprise où travaillait mon beau-frère Jean Pierre Rubin (grand amateur de jazz), une pièce qui nous évoque Varèse.
Nous créons un orchestre virtuel dans Pourquoi la Nuit en changeant d’instrumentation à chaque accord et en utilisant plusieurs magnétophones.
Enfin le grand orchestre, constitué de musiciens solistes venu d’horizons divers, enregistre la version orchestrale de Crimes Parfaits et les deux versions live de La preuve par le Grand Huit.
Crimes parfaits a été présenté sans succès au concours de musique électroacoustique de Bourges.
La preuve par le Grand Huit mêle une thématique inspirée de la musique d’Emmanuel Chabrier confrontée à celle d’Alan Silva et du free jazz : deux visions différentes du swing et de la joie pas si éloignées l’une de l’autre.

Un disque charnière pour le trio.

Un Drame Musical Instantané, "à travail égal salaire égal", CD Klang Galerie gg244, 16€


Articles de Presse


With a couple shorter works with the original Un Drame Musical Instantane trio (Birge, Vitet, and Gorge) as well as some of the earliest longer works with the full Grand Orchestra du Drame, A Travail Egal Salaire Egal represents a new phase for this experimental improvisational group. "On Tourne" opens the record with lots of water sounds, clattering and clanging, and drones to create a cinematic soundscape. The other trio piece, "Pourquoi la Nuit ?," offers lots of electronic buzzes and drones juxtaposed with acoustic instruments to create more odd textures. The orchestra pieces are some of Un Drame Musical Instantane’s most exciting works, as the large cast, up to 16 musicians, provides Un Drame Musical Instantane with a much more varied pallet to work with. "Crimes Parfaits" throws in a lot of dialogue and sound effects, bits of plundered pop songs, and opera to create a surreal backdrop while the group veers from one mood to another. At times it resembles John Zorn’s early schizophrenic records like Spillaine, as the sound jolts quickly from suspense to a relaxed New Orleans-styled jaunt to something else in less than a minute, though performed by a much larger group than Zorn’s jazz combos. The last track, "La Preuve," relies less on the electronics, but is no less dynamic, sounding something like a French folk melody blended with classical music with some free-form jazz ; one moment sounding sweet and warm and the next more dramatic. At one point the percussion section drowns everything in a thunder ; at other parts the music devolves into free-form chaos before picking up the melody again. Both these works have a lot of emotional impact, and they both represent highly creative uses of the orchestral format from this avant-garde group.
Review by Rolf Semprebon

ALLMUSIC.com

Les rééditions discographiques (bien faites) sont éclairantes, elles aident non à masquer le présent et oblitérer l’avenir, mais au contraire à les libérer par une connaissance affirmée et une pleine perspective.
Après avoir réédité "Rideau" du Drame Musical Instantané, Klang offre maintenant la réédition de leur "À travail égal salaire égal" en grand orchestre (paru à l’origine sur Grrr). Troisième album d’une série de 16 en vingt ans pour cet orchestre pas comme les autres, hardi chroniqueur de son temps.
Jean Rochard

When reviewing the rerelease of ‘Rideau’ by Klang Galerie, some time ago, I hoped it wouldn’t be the last album by Un Drame Musical Instantane to be rereleased by them. We are speaking here of a very important outfit that remained underrated, at least over here in the Low Countries, if you ask me. The trio of Francis Gorgé, Jean-Jacques Birgé and Bernard Vitet formed a creative combination for many years. They were real pioneers in combining jazz, rock and modern classical music, field recordings, etc., and opened new horizons with their work. But not for historical reasons only, I’m happy with these rereleases. More important their music is still very worthwhile and enjoyable. This time their album ‘A travail égal salaire égal’, originally released in 1982 is remastered by Birgé and Gorgé for rerelease. In contrast with ‘Rideau’ (1980) the trio works here – for the first time with a very extended line up. The album consists of two shorter improvisations in trio line up. The first one, the opening track ‘On tourne’ has a prominent role for dramatic environmental sounds. The other one has fine stretched out trumpet playing by Vitet, reminding me of Chet Baker combined with poignant electronic sounds and some electric guitar. ‘Crime Parfaits’ is a work for magnetic tape, string septet and radiophonic ensemble. Using pre-recorded spoken word and parts of a wide range of pre-recorded music. Fragments that they unite into a bizarre collage, an intruiging puzzle. Modern chamber music. ‘La preuve par le grand nuit’ is a work for a big ensemble, and included in a live version. Here the music is constructed along more traditional lines, although the music comes close to a point of deranging. Another live performance of this piece is included as a bonus. (DM)
Vital Weekly

... À Travail Égal Salaire Égal is a wonderful unpredictable & playful dense record, that quite often throws musical sense & structure to the wind- all to create a work that will equal puzzle & challenge even after many plays. Let’s hope Klanggalerie has got more Un Drame Musical Instantané reissues planed for the future.
Musique Machine - Read More >

J’ai connu des Belges moins dramatiques. Et des Suisses moins instantanés. Il fallait que ce soit en France qu’on invente cette musique (de revendications si on en croit le titre), et en grands orchestres en plus. C’est (triple roulement de trompettes)... Un drame musical instantané (remasterisé, réédité)...
LE SON DU GRISLI #4

... tout découlait de ce disque -et de nombreuses esthétiques de la musique concrète- sans que nous ne le sachions vraiment. Il y a dans ce disque, une force, une modernité et une intelligence qui force l’admiration.
Franpi SUN SHIP

... « Pourquoi la Nuit », interlude court, montre le trio échanger leurs instruments respectifs (synthé/trompette/guitare), dans un collage particulièrement fluide. La quatrième piste, « La Preuve par le grand huit », est aussi remarquable par l’homogénéité du son de l’ensemble, l’accord dans le refus du décor, notamment le synthé de Birgé qui fait des trous comme il faut mais ne fait pas s’écrouler le gruyère, mention spéciale aux ingé-son qui ont dû s’arracher quelques cheveux sur le mixage...
Grégoire Bressac - Revue et Corrigée, Juin 2018


article précédent : Rideau ! en CD