Accueil > Nouvelles > Meens s’interroge : Où en est-il de ses langues ocelles ?

Meens s’interroge : Où en est-il de ses langues ocelles ?

Il n’y a pas que le latin et le grec…
20 mai 2015, par Dominique

Il y a pire que les langues mortes ou les petites langues de poche comme le hongrois ou le quechua, il y a les langues dont je m’occupe et dont je ne sais même pas si elles existent. J’ai cet honneur car si mes études ne sauvent pas les meubles, l’honneur de l’espèce s’en trouve sauf. Ce n’est pas moi qui l’écrit mais André Hirt dans L’Universel reportage et sa magie noire, éditions Kimé, 2002. Tout le monde n’est évidemment pas journaliste.

Everyone is obviously not a journalist. Journalism is everywhere yet. Everything is reported. So that we hesitate to say too much here. We always becomes relevant. For example, this topical story of Latin and Greek. My uncles did not know why they were learning them. We know why our grandchildren will not even know what they are.

There are worse than dead languages ??or small pocket languages ??such as Hungarian or Quechua, there are the languages ??I care and I do not even know if they exist. I get this honor because if my studies do not save anything from the situation, the honor of the species is safe and sound thanks to them. I didn’t write that but André Hirt in The Universal reportage and black magic. Everyone is obviously not a journalist.

Je publie mes enquêtes sur archive.org où l’on pourra écouter les derniers morceaux que j’ai enregistrés en Finlande, non loin de chez Jan Eerala. Toutes les photographies sont les siennes, sauf la toute dernière où il se retrouve devant l’objectif de C.

I publish my inquiries on archive.org where you can listen to the latest pieces I recorded in Finland, not far from Jan Eerala’s place. All pictures are his own except the last one where he is before the lens of C.

jan eerala

Le point de vue d’un critique / The point of view of a critic

Un pouillot fitis démontre l’erreur que j’ai commise en croyant que le rossignol limousin luttait contre le bruit ambiant de l’autoroute.
A willow warbler demonstrates the mistake I committed in believing that the Limousin nightingale fought against ambient highway noise.

Jan Eerala

Seconde critique du pouillot fitis / Second criticism of the willow warbler

Il remet ça une heure plus tard. Il est vrai que j’aurais pu ne pas comprendre. J’aurais pu vouloir ne pas comprendre.
He did it again one hour later. It is true that I could have mistaken me. I could have chosen not to understand.

jan eerala



A quiet place

Oui le titre est en anglais. Mais c’est du français, on voit bien. Un endroit tranquille donc, ou se reposer les oreilles tout en se demandant une fois de plus où se trouve le signifiant dans la nature : dans l’oreille droite ou dans la gauche ?
Yes the title is in English. But it’s French, it’s clear. A quiet place then, our ears resting while wondering again where to find the signifier in nature : right ear or left ?

jan eerala

Marche à la fauvette avec vélos / Walking to the warbler with bikes

De retour en France, le promeneur s’y remet immédiatement, la question technique en tête. Le son de l’avion, du VTT, le son reçu et reproduit par l’appareil sont techniques. Manque donc pour l’instant la critique de ce point crucial, que nos enregistrements précédents n’atteignent pas. Nous y allions en toute confiance !
Back in France, the walker takes up immediately, the technical issue in mind. Sounds of plane, bikes, all the sounds received and reproduced by the device are technical. So for now lacks the criticism of this crucial point, that our previous records do not reach. We went there with confidence !

jan et dom à säppi

article précédent : La Hasse au Brègue - 3

article suivant : A quiet place