Accueil > Claude Debussy > Les sons et les parfums tournent dans l’air du soir

Les sons et les parfums tournent dans l’air du soir

Claude Debussy
16 janvier 2018, par Francis

Quatrième prélude du livre I, Les sons et les parfums tournent dans l’air du soir fut inspiré par le poème de Charles Baudelaire, Harmonie du soir.

Voici venir les temps où vibrant sur sa tige
Chaque fleur s’évapore ainsi qu’un encensoir ;
Les sons et les parfums tournent dans l’air du soir ;
Valse mélancolique et langoureux vertige !

Chaque fleur s’évapore ainsi qu’un encensoir ;
Le violon frémit comme un coeur qu’on afflige ;
Valse mélancolique et langoureux vertige !
Le ciel est triste et beau comme un grand reposoir.

Le violon frémit comme un coeur qu’on afflige,
Un coeur tendre, qui hait le néant vaste et noir !
Le ciel est triste et beau comme un grand reposoir ;
Le soleil s’est noyé dans son sang qui se fige.

Un coeur tendre, qui hait le néant vaste et noir,
Du passé lumineux recueille tout vestige !
Le soleil s’est noyé dans son sang qui se fige...
Ton souvenir en moi luit comme un ostensoir !


Photo : Francis Gorgé


article précédent : Les collines d’Anacapri