Accueil > Nouvelles > La Hasse au Brègue - 1

La Hasse au Brègue - 1

19 ET 20 NOVEMBRE. FRANCE-CULTURE. 23h.
4 novembre 2014, par Dominique

« Car les signifiants sont répartis dans le monde, dans la nature, ils sont là, à la pelle. […] Le tonnerre, tout le monde sait très bien que c’est un signe, même si on ne sait pas le signe de quoi c’est. C’est la figure même du semblant. »
Lacan.

Voilà quarante ans que du signifiant j’ai fait mon affaire. Peu m’ont échauffé les représentations poétiques – au vrai, je m’en désintéresse complètement, demandez à Gisèle ! [1] Je n’ai été occupé tout ce temps que du représentant de la représentation.
Le signifiant donc, il est loisible de lire que j’y suis intéressé tout du long de l’Ornithologie du promeneur comme en large des Aujourd’hui.
Il y a peu cependant, je me suis cogné le signifiant dans la nature. Je n’étais pas sans expérience et ce qu’en disait Lacan ne m’a pas surpris. J’ai voulu tenter l’épreuve une nouvelle fois. Je suis allé loin de mes habitudes, en des lieux où l’on chantait autrefois :

« Il est aussi d’autres paroles

« trouvées sur le bord du chemin

« Les oiseaux ont fourni des sons

« les cimes des arbres, des vers » [2]

Avec un peu de persévérance, j’ai pu réussir mon coup, je suis tombé dessus in extremis, in extremis où j’étais je suis tombé sur du signifiant dans la nature. Trois mois plus tard, j’entraînai Gaël Gillon et Philippe Bredin à ma suite, car je devinais le lieu d’émergence prochaine d’un autre signifiant dans la nature. In extremis nous nous le sommes cogné [3].

On perd du poids dans ces affaires. On perd du poids d’âme. On se désenvoûte à se laisser chamaniser. J’améliore la Chasse au Snark de Lewis Carroll. Le dieu, deux signifiants dans la nature qu’il m’a porté à connaître – parce que de ce réel qu’est un dieu j’avais soin – ont retendu le poème mollasson – je ne suis pas le premier à le dire [4] – de l’Anglais matheux. J’ai écrit la Hasse au Brègue. De ce témoignage j’ai tiré de quoi sertir d’abord ce qui m’a été offert en septembre ainsi qu’à mes amis et collègues, qui n’ont pas trébuché ; puis le don précédent, de juin, où j’étais seul.

Que la nature soit belle etc., je veux bien, mais la question de nos jours destructeurs, radioactifs, guerriers, pollueurs, et fonds-de-pensionnaires, n’est pas là, n’est plus là.

– Et où est-elle donc, Monsieur Meens ?
– Si la Hasse au Brègue ne le dit pas, peut-être offrira-t-elle une indication à ceux qui voudront l’entendre.
PODCAST ICI

Images de D.M. à l’excepté de la dernière de Jan Eerala à qui est dédicacé le Décevoir d’oiseau à cravate blanche.

Notes

[1Poésie Contemporaine en France.

[2Elias Lönnrot, Le Kalevala, traduction de Jean-Louis Perret, Champion Classiques.

[3On devra lire, sur le conseil de Fabienne Raphoz, des éditions Corti, La Barque le soir de Tarjei Vesaas, qui s’est cogné le même.

[4Cf. Antonin Artaud, Œuvres, pp. 913-927, Quarto Gallimard.